Bloc note de botanique 12

Voici le bloc note de botanique 12, préparé par Jean-René Garcia & Émile Duhoux et consacré à quelques fruits d’automne du jardin.

Commentaires (2)

  1. Bervillé

    Tout est superbe et bien choisi pour les 2 numéros
    je m’interroge sur « le corme », plusieurs ouvrages écrivent « la corme » que ce soit pour le fruit du cormier et l’organe végétatif appelé communément bulbe (Orchidées et Liliacées …)
    pour le safran on dit bien la corme,

    j’ai un vieu cormier chez moi dans un bois que je n’ai repéré qu’à la couleur du feuillage en automne. je pense qu’il a été planté en bordure d’un chemin communal, embroussaillé maintenant, pour une halte cueillette

    1. Duhoux Emile

      Oui, André, tu as raison, on trouve à la fois le nom « corme », au féminin, mais également au masculin ! Par contre, Wikipedia fait la distinction suivante :

      • Un corme est, en morphologie végétale, un organe de réserve souterrain ayant l’aspect d’un bulbe mais formé d’une tige renflée entourée d’écailles.
      • Une corme (ou sorbe) est le fruit du cormier (ou sorbier domestique), arbre de la famille des Rosaceae, avec lequel on fabrique le cormé.

      Ce que j’ai noté également, c’est la double éthymologie du mot « corme » : joue-t-elle un rôle ?
      (Nom commun 1) Du grec ancien κορμός, tronc.
      (Nom commun 2) Du latin populaire corma, du gaulois curmi (« cervoise ») (cf. irlandais coirm, gallois cwrwf, breton korev), en raison de l’ancien cidre de cormes.

      En botanique, on l’utilise souvent comme préfixe, par exemple, dans Cormophytes (plantes à tiges feuillées) et dans les organes souterrains ayant un statut de tige = rhizome comme le safran, et, seulement pour quelques Orchidées, comme le Cypripedium, mais pas chez d’autres, comme les Ophrys, qui possèdent, comme organes souterrains, des tubercules constituées de racines tubérisées.

Laisser un commentaire