Botanique-Horticulture

Les chênes : le chêne-kermès (3/4)

Troisième chêne caractéristique des espaces méditerranéens et bien rébarbatif celui-là :

Le chêne à kermès (chêne-kermès, kermès) /l‘avaus

Sur le plan du lexique, notons que l’arbuste se nomme « chêne à kermès » en toute logique (c’est-à-dire « le chêne à cochenille donnant le rouge »). Mais il est souvent raccourci en « chêne-kermès » (une garrigue couverte de chênes-kermès), et même en « kermès » tout court (couper des kermès, brûler des kermès), selon le phénomène bien connu de nommer le tout par la partie. On remarquera le flou de la norme puisque Le Petit Robert donne l’orthographe « chêne-kermès » avec tiret, à l’entrée kermès, mais « chêne kermès » sans tiret à l’entrée chêne.

 

Son nom latin botanique est Quercus coccifera, et semble faire l’unanimité des botanistes depuis longtemps : c’est bien le chêne  « porteur de cochenilles ». Son nom occitan le plus répandu est avaus (prononcez [avaous], et [abaous] en languedocien), tant en Provence maritime qu’en Languedoc (où il existe aussi la variante avals, prononcé [abals]). Il se nomme agarrús en Provence intérieure, et un autre nom languedocien répandu est celui de garrolha [garrouillo], à cause de son usage que nous verrons plus loin. Garrús est aussi un des noms de Ilex aquifolium, « le grand houx », aussi épineux que lui. Et nous avons vu que le nom latin de l’yeuse est ilex : autant en botanique qu’en langue occitane, on tourne en rond entre « chêne » et « houx »…

Chêne-kermès dans la garrigue

Chêne-kermès dans la garrigue

Comme les autres chênes, il a bien sûr donné de nombreux toponymes, parfois méconnaissables au premier coup d’oeil : Les Abaus, Les Sabalses, La Garouille, Garouilles. L’exemple Les Sabalses est caractéristique de ce que l’on appelle une mécoupure : le s de l’article pluriel a été agglutiné par erreur au nom de l’arbuste. Le nom correct aurait du être Les Abalses (de l’occitan Los Avalses, prononcé donc [louz’ abalses]). L’avaus est donc ce petit chêne bas de la garrigue qui vous griffe les mollets, et qui fait tant crier les enfants quand on « bartassège », entend-on dire couramment pour signifier que l’on coupe à travers les buissons. Ses feuilles vertes sur les deux faces (et non grises en dessous comme le chêne vert, qui se déguise parfois en kermès, on le constate souvent en sortie botanique), sont coriaces et pourvues de piquants :elles sont le témoignage de son adaptation à la sècheresse. Max Rouquette raconte la promenade d’un moine à la recherche de plantes médicinales dans les collines et qui « bartassège »: « las pèiras li rodavan jos lo pè, e mai d’un còp, se n’anèt d’esquina volar dins una mata d’ars o d’abausses que sa rauba ne foguèt estripada e que la sang li veniá d’en pertot, les pierres lui roulaient sous les pieds, et plus d’une fois, il alla voler sur le dos dans une touffe de paliure ou de kermès, si bien que sa robe en fut déchirée et que le sang lui venait de partout ».

(suite…)

Publié le: 26/01/2016

Les chênes : le chêne blanc (2/4)

Nous évoquerons maintenant le deuxième chêne familier des nos paysages, celui qui devient roux à l’automne :

Le chêne blanc/lo rore, lo roire, lo rove (prononcez [rouré], [rouiré], [rouvé])

Le rore/rove est dérivé du nom du chêne en latin, robur, qui est présent dans Quercus robur, nom actuel de l’ancien Quercus pedunculata, le « chêne rouvre ». Celui qui nous intéresse ici est un cousin méditerranéen : Quercus humilis subsp lanuginosa, autrefois Quercus pubescens, qualifié quelquefois en français de « chêne pubescent », traduction de son ancien nom latin botanique. Les noms latins changeant sans cesse, il nous faut donc maintenant le nommer « petit chêne laineux » … Nous profitons de cet exemple pour signaler l’absurdité de qualifier de « noms français » ce qui n’est en réalité qu’un nom latin botanique traduit en français ne fonctionnant que dans les milieux de botanistes (et non pas un nom français vernaculaire) : distinction élementaire des niveaux de langue, qu’il nous faut parfois expliquer avec des trésors de patience, si nous en jugeons par les étonnantes réactions de certaines personnes réagissant comme si nous les agressions (?) par ces précisions lexicogaphiques.

Pour ce qui est de blacha, blaca, blacàs, souvent aussi employés pour le désigner, ces noms semblent concerner à l’origine des baliveaux (donc des jeunes arbres, nous l’avons déjà signalé dans l’article précédent) s’appliquant à divers espèces : le chêne vert en plaine, le châtaignier en Cévennes, le chêne blanc un peu plus dans l’arrière-pays. Grand ou petit, ce chêne a donné de nombreux noms de familles, Roure, Duroure, Roube, Blache, Blaque, Blacas, sans oublier les cartes géographiques de notre enfance de Vidal et … Lablache, ainsi que des noms de lieux, Le Rouyre, Les Rouires, La Blaque.

Au contraire de l’yeuse, les feuilles du chêne blanc sont lobées, d’un beau vert clair. Pelucheuses en dessous, cela lui a valu son ancien nom d’espèce pubescens, et plus récemment lanuginosa, et aussi son nom français de chêne blanc. Elles deviennent rousses à l’automne, mais ne tomberont qu’à la montée de la sève au mois de mars, habillant l’arbre d’un manteau de feuilles sèches tout au long de l’hiver : on dit que ses feuilles sont marcescentes (du latin marcescere, se faner, et nous avons ausssi l’adjectif marcit, marcida en occitan signifiant « fané », tiré du même verbe latin). Cet arbre se voit donc de loin, et permet de distinguer nettement sur le terrain « l’étage du chêne vert », couleur de velours sombre toute l’année, et « l’étage du chêne blanc » qui le surmonte en théorie, ou les quelques chênes blancs occupant les fonds de vallon plus humides à l’étage de la chênaie verte :

Chêne blanc

Chêne blanc

« Davant mos uòlhs, tot un país negre d’euses s’espandís amb las tacas de rovilh dels roires, e las tacas blau d’espic de las pèiras. » (Max Rouquette, Verd Paradís 1)

« Devant mes yeux, tout un noir pays d’yeuses s’étale, avec les taches de rouille des chênes, et les taches bleu lavande des pierres. »

Le chêne blanc, au contraire du chêne vert, s’installe en effet dans les lieux plus humides, plus élevés, et donc sur les ubacs (du latin opacus, sombre), versant nord des collines, mot que le français a emprunté à l’occitan, car cette opposition versant nord/versant sud n’est marquée que sous nos climats méditerranéens. Mais il suffit de la présence d’humidité dans les fonds de vallons, pour que le rore s’installe à l’étage du chêne vert : l’étagement de la végétation est théorique et subit ici ou là quelques entorses, selon des conditions locales de micro-climat. Ainsi l’Hortus en face du Pic Saint Loup est connu pour son inversion d’étagement : les sources affleurant au pied de la colline, ce sont les chênes blancs qui s’y sont installés, tandis que les chênes vert occupent au contraire le sommet rocheux et sec. Mais plus en altitude, le chêne blanc s’installe aussi sur les causses les plus arides, pour donner ces paysages bien caractéristiques.

(suite…)

Publié le: 26/01/2016

Les chênes : le chêne vert (1/4)

Le chêne vert, l’yeuse/l’euse

Son nom botanique est Quercus ilex, ilex étant le nom de l’arbre chez les Latins (« sorte de chêne, yeuse » nous dit le dictionnaire de latin Gaffiot). Le nom occitan vient donc directement du latin ilex. L’appellation euse (prononcez [eousé]) est largement la plus répandue, en Languedoc comme en Provence, mais on trouve aussi elze en languedocien, euve du côté de Marseille, ausilha [aousillo], eusina [eousino] en Provence plus intérieure et ausina [aousino] dans l’Aude. Notons qu’en catalan, il s’appelle alzina. Euse (du genre masculin) est passé au français pour donner « yeuse(du genre féminin), mot qui est employé par certains romanciers du sud d’expression française (Giono, Pagnol) qui n’usent jamais de « chêne vert » dans leur récit, pas plus que le dictionnaire de latin cité précédemment.

Chêne vert

Chêne vert

Omniprésent sur le territoire, il l’est tout autant dans le bottin : comptez le nombre de gens s’appelant Dezeuze, Deleuse, Elzière ! Le chêne vert y est bien représenté, particulièrement en Languedoc ! Quant à savoir pourquoi, c’est une autre affaire : un ancêtre habitant près d’un chêne ? ou fort comme un chêne ? C’est tellement l’arbre de nos sols calcaires méditerranéens que les botanistes ont bien failli le choisir pour définir la zone méditerranéenne. Mais comme il se permet quelques échappées sur la côte atlantique ou à des altitudes « anormales » dans les Alpes de Haute Provence par exemple, ils lui ont préféré l’olivier. C’est par contre l’arbre par lequel on définit le premier étagement de la végétation méditerranéenne (étage du chêne vert), lui-même surmonté par l’étage du chêne blanc. La « chênaie verte » est l’association végétale qui regroupe autour de ce chêne tout le cortège des plantes méditerranéennes de la garrigue (les vraies, dites euméditerranéennes, cistes, pistachiers, kermès, cades, filarias, laurier-tin) dans les situations chaudes et sèches, notamment les versants sud des collines appelés «adret ». Adret est un mot occitan, que le français lui a emprunté, et qui vient du latin directus (dans la direction du soleil). Ces chênaies vertes s’appellent eusièira, euseda, auseda (en languedocien)/eusiera, euviera en provençal, et ont bien sûr donné de nombreux toponymes (L’Eusière, Lauzières, L’Euzède, Auzède), et si l’on parle d’un bois plus petit L’Euset, L’Eusette (illicetum en latin). Notons que la présence d’un z entre deux voyelles dans les noms francisés est bien sûr un des multiples avatars dus à la transcription des noms occitans, qui n’est point justifié par l’étymologie (même avatar pour « maset », quelquefois improprement écrit mazet).

(suite…)

Publié le: 26/01/2016

Les chênes – Introduction

Au cours de quatre courtes chroniques, nous évoquerons les chênes familiers des paysages méditerranéens. En tant que lexicographe et ethnobotaniste en domaine occitan, c’est très peu en termes de botanique que nous aborderons le sujet, mais avant tout sous son aspect culturel et lexical : quels usages avaient-ils dans nos régions, comment étaient-ils perçus et nommés, quels toponymes (noms de lieux) et anthroponymes (noms de personnes) ont-ils donné, quels sont les noms français empruntés à l’occitan pour décrire les paysages, tous problèmes qui relèvent de l’ethnobotanique, c’est-à-dire des rapports étroits que l’homme entretient avec son environnement végétal.

De fait, à cause de la coupure avec la nature, des pans entiers de savoirs populaires disparaissent ou ont disparu définitivement. Ils étaient pourtant le signe d’un rapport très privilégié avec la nature méditerranéenne. Ainsi pour le sujet qui nous préoccupe, peu de gens savent encore distinguer et nommer les chênes (hormis les passionnés de botanique bien sûr), savoir pourtant spontané chez tous les paysans et vignerons  : nous ne croyons donc pas inutile de tracer rapidement le « portrait culturel » de ces arbres autrefois familiers de tous, mais devenus étrangers à beaucoup d’habitants de la région. La lecture des cartes géographiques prend ainsi un tout autre sens lorsque l’on sait décrypter les noms de plantes qui ont servi à former les innombrables noms de lieux.

L’évocation de quelques notions élémentaires d’écologie ou de floristique sera avant tout un prétexte à introduire un vocabulaire qui transparait dans les noms de lieux, ou à évoquer le regard occitan sur l’environnement, notamment à travers des citations d’auteurs.

En ce qui concerne les noms occitans (toujours écrits en caractères gras), nous donnerons les noms languedociens, suivis des noms provençaux dans le cas où ils sont différents. Il n’est bien sûr pas question de rentrer ici dans les moindres détails des appellations, et de faire de la dialectologie : nous restituerons ces renseignements plus complets dans un dictionnaire d’ethnobotanique en cours de rédaction. Afin d’aider les lecteurs peu au fait de la langue d’oc, nous donnerons ici ou là une prononciation phonétique approximative (la syllabe soulignée représentant l’emplacement de l’accent tonique).

A tout seigneur tout honneur, tout d’abord l’arbre-roi des collines du Midi : le chêne vert

Josiane Ubaud

Les quatre articles suivants sont : 1 – Le chêne vert. 2 – Le chêne blanc. 3 – Le chêne-Kermès. 4 – Le chêne-liège.

Publié le: 26/01/2016