Mycologie

Sortie mycologique du 28 octobre 2017

Cette sortie a eu lieu aux Rives de l’Arn, autour du mas du Moulinet. En voici le compte rendu en PDF par Gérard Lévêque.

Publié le: 24/11/2017 | Commentaires: 0

« Jamais seul »

Marc-André Selosse

« Jamais seul » est le titre du dernier ouvrage du professeur Marc André Selosse, du Muséum National d’Histoire Naturelle, de l’ Équipe Interactions et Évolution Végétale et Fongique, de l’Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité, et membre de la SHHNH.
Il y dévoile le rôle des microbes dans la vie des plantes, des animaux et des civilisations : « Je tente d’y faire le point, avec des faits et des anecdotes, sur deux axes émergents de la biologie moderne : l’omniprésence microbienne, et les mécanismes de coopération dans la monde vivant… Les plantes et les insectes y sont à l’honneur, et leur écologie aussi. ».

Voici le communiqué de presse de son ouvrage, publié chez ACTES SUD
La couverture de « Jamais seul »

Mais vous pouvez aussi écouter Marc André Selosse nous parler des interactions microbes-organismes vivants en 8 petites vidéos successives sur Youtube.
(N’oubliez pas d’activer vos haut-parleurs)

À noter : dans le cadre du cycle 1 de l’Agora des savoirs au Centre Rabelais, Marc-André Selosse donnera, le mercredi 29 novembre à 20 h, une conférence intitulée « Jamais seul : ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations ».

 

Publié le: 29/09/2017 | Commentaires: 0

Articles de mycologie

Un florilège des articles de mycologie parus dans les Annales depuis 1998 vient d’être publié sur le site dans les téléchargements / Autres téléchargements, à disposition de tous les visiteurs.

Publié le: 24/02/2017 | Commentaires: 0

Animation naturaliste au Parc Clemenceau

Le 2 novembre 2016 après-midi, L’association Pave a reçu la SHHNH au Parc Clemenceau pour une animation naturaliste portant sur les plantes, les champignons et les insectes.

Visite guidée des arbres et autres végétaux. Voici le relevé des plantes observées

(suite…)

Publié le: 16/11/2016 | Commentaires: 0

La couleur des sporées de russule

L’observation de la couleur de la sporée est nécessaire pour identifier correctement une Russule,  car c’est un genre qui comprend plusieurs centaines d’espèces.

sporees3

 

De gauche à droite, des sporées de Russula cyanoxantha, torulosa et décipiens, rassemblées sur une lame de verre.

 

La méthode traditionnelle consiste à comparer la sporée avec un nuancier imprimé, par exemple le nuancier original du livre de Henri Romagnési, reproduit ci dessous. Malheureusement ce livre est rare et épuisé.

echelle-romagnesi

 

Échelle de Romagnési, comprenant 14 tons entre le blanc et le jaune, mais seuls 10 tons sont représentés dans le livre.

 

Pour permettre une estimation plus commode du ton des sporées de russules fraiches, sans nuancier papier, nous décrivons une méthode utilisant un appareil photo numérique (en mode RAW) et un logiciel spécifique.

Trois documents se rapportent à cette mesure :

– Version résumée https://s2hnh.org/wp-content/uploads/2016/10/La-couleur-des-sporées-2016-7reduit.pdf

– Version complète https://s2hnh.org/wp-content/uploads/2016/10/La-couleur-des-sporées-2016-7.pdf

– Logiciel Ocre à télécharger : présentation et téléchargement

 

Publié le: 06/10/2016 | Commentaires: 0

Commentaires sur les listes de champignons des salons

par Monique Brunet

Depuis 2013 je me suis chargée de récupérer, à la fin des salons de Montpellier «Champignons et plantes d’automne», les fiches qui accompagnent les champignons identifiés et exposés afin d’en établir la liste. Les listes des salons 2013, 2014 et 2015 ainsi établies sont présentées séparément sur le site dans un article sur les salons puis regroupées en une seule liste  . Il m’a paru intéressant de les accompagner de commentaires qui correspondent aux réponses que j’ai trouvées à des questions sur les récoltes, les conditions climatiques du moment, etc.

Les récoltes

Le but des récoltes est de rassembler un maximum d’espèces à exposer au Salon. Plusieurs ramasseurs se dispersent dans les environs dans un rayon d’environ 100 km, Massif de l’Aigoual, Causses, Montagne de l’Espinouse, garrigues de l’arrière-pays (entre Montpellier et les Cévennes) et littoral méditerranéen, en choisissant des lieux qui, en fonction de la climatologie du moment, présentent des conditions favorables. Il faut aussi noter que les champignons de très petites dimensions ne sont, en général, pas exposés. La localisation exacte des récoltes et leur biotope ne sont pas notés. Il ne s’agit en aucun cas d’un inventaire.

Listes des espèces identifiées et exposées

L’identification des champignons est faite par les mycologues de l’association à mesure que les paniers arrivent sur les lieux de l’exposition. Réalisée essentiellement par observation macroscopique, elle doit être rapide et ne permet guère de distinguer les variétés ou formes de certaines espèces. Elle dépend aussi de la personnalité des déterminateurs qui sont quelquefois plus spécialisés dans un genre. Le public qui fréquente le salon est constitué, d’une part, des étudiants de la faculté de Pharmacie qui révisent avant l’examen, d’autre part, d’amateurs souvent plus motivés par la comestibilité des champignons exposés que par l’envie de progresser en mycologie.

Climatologie

Les récoltes de champignons sont très tributaires du climat, pluviométrie et températures. Les zones parcourues pour les cueillettes destinées à alimenter le Salon peuvent être en altitude (Massif de l’Aigoual, Causses, Montagne de l’Espinouse), dans les garrigues de l’arrière-pays (entre Montpellier et les Cévennes) et sur le littoral, rarement dans ces trois types de milieux en même temps. Les lieux sont choisis en fonction de la météorologie du moment. Cette période de l’année est celle des « épisodes cévenols » qui peuvent donner de très fortes chutes de pluie accompagnées d’inondations, souvent très localisées, pas idéales pour les poussées fongiques.

Les « ramasseurs » qui connaissent bien la région et sont nombreux arrivent toujours à faire des récoltes honorables, donc le nombre de champignons identifiés et exposés au Salon n’est pas seulement représentatif de la qualité de la saison mycologique mais aussi de l’efficacité des ramasseurs.

(suite…)

Publié le: 20/08/2016

Salon de Montpellier Champignons et Plantes d’Automne

La SHHNH est à l’origine des expositions publiques de champignons à Montpellier. Par la suite, une exposition simultanée de plantes s’est ajoutée, le tout sous le nom de Salon de Montpellier.

Faculté de Pharmacie - Inauguration du salon 2015

Faculté de Pharmacie – Inauguration du salon 2015

Le premier salon s’est tenu du 1er au 3 novembre 1969 au Pavillon Populaire avec le concours de l’Association Charles Flahault de Perpignan, sous le nom de « Salon du Champignon de Montpellier ». Les sections mycologiques de ces deux associations avaient déjà participé à des expositions communes depuis 1966 à l’occasion des Journées Mycologiques du Languedoc Roussillon à Bédarieux. Ces journées mycologiques sont la première grande manifestation mycologique du Languedoc-Roussillon à laquelle de nombreuses personnalités, des  Facultés de Pharmacie, et de Médecine de Montpellier, de la Faculté des Sciences et de l’École Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier, ont participé activement. Pour en savoir davantage, voici le compte-rendu des premières « Journées Mycologiques du Languedoc-Roussillon » de 1966 et 1967 – Annales_V108_f3_1968-p.155 – ainsi que celui des troisièmes journées de 1968 – Annales_V109_f1_1969-p.55 -.

Salon 2011 avant l'ouverture

Salon 2011 avant l’ouverture

Les salons suivants se sont tenus à SupAgro, appelé anciennement École Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier, et ce jusqu’en 2001.

Après une interruption d’un an, le salon s’est déplacé à l’Institut de Botanique, à partir de l’automne 2003, sous le nom de « Salon du Champignon et de la nature ». Dès 2004, il prendra l’appellation de  « Salon Champignons et plantes d’automne ». Le rez-de-chaussée était consacré à l’exposition des plantes et les champignons se trouvaient au 1er étage de l’Institut.

(suite…)

Publié le: 30/04/2016

Comment étudier un champignon ?

Atelier de mycologie du 5 février 2016, conduit par Marie-Jo Mauruc

 

1 – Prendre conscience de son environnement

 

            Renseignements généraux :

 

– date de récolte, localité, lieux-dits, expositions(Nord, Sud, Sud-Ouest), altitude, points GPS

– nombres de photos in « situ », penser à mettre 1 étalon (feuille) pour pouvoir évaluer la taille.

– si possible donner un numéro d’échantillon : ex. MJM.201601280-2

– Récolteurs et Identificateurs

             Écologie :

 

  Habitat : Forêts, chemins, prairies, bord de route, champs cultivés, landes, jardins

  Arbres ou plantes immédiatement voisins : Epicéa, Ciste, Pins, Saules etc.

  Substrat : à terre, sur mousse, sur écorce d’arbres morts ou vivants, crottins etc.

   Mode de groupement : isolés, en touffes, en cercle

Autres mesures : température du sol, composition du sol, humidité du substrat.

(suite…)

Publié le: 12/02/2016 | Commentaires: 0

Journées Mycologiques 2012 de la FAMM

Journées mycologiques

Journées mycologiques

Les XXVIesJournées Mycologiques 2012 de la FAMM (Fédération des Associations Mycologiques Méditerranéennes) ont été organisées par la SHHNH (Société d’Horticulture et d’Histoire Naturelle de l’Hérault) en partenariat avec la SESNNG (Société d’Étude des Sciences Naturelles de Nîmes et du Gard) dans les Cévennes, région du Vigan.

Les sites explorés par les congressistes qui ont opéré des relevés fongiques, avaient été préalablement étudiés : une étude géologique et pédologique ainsi que des relevés botaniques incluant les arbres, arbustes, arbrisseaux, sous-arbrisseaux, lianes et plantes herbacées, avaient été effectués, sans oublier les données climatologiques.

Ainsi la grande variété des milieux et paysages étudiés, la classification des champignons selon leur mode trophique ainsi que les nombreuses statistiques présentées sur les données fongiques obtenues, font de ce travail une base de données écologique indispensable pour la connaissance de cette région du Vigan.

Vous trouverez ce travail dans notre section « Téléchargements ». Vous pourrez télécharger aussi, séparément, le grand « Tableau général des champignons identifiés » dans un format redressé, plus lisible sur écran.

Publié le: 08/02/2016

Sortie mycologique du 15 novembre 2015

A Vic la Gardiole, bois des Aresquiers et bois de la Fontaine.

Le Bois des Aresquiers est un espace appartenant au Conservatoire du Littoral. C’est un bois intéressant car il est peuplé en majorité de pins d’Alep, sur des terrains variés. En s’éloignant des étangs, on rencontre successivement des zones sableuses, puis des dunes anciennes solidifiées, et plus haut, des calcaires pliocènes. Des chevaux, parqués dans quelques prairies apportent aussi leur contribution mycologique, par la fumure des sols. Télécharger la suite

Gérard Lévêque

Lactarius atlanticus - Photo Gérard Lévêque

Lactarius atlanticus – Photo Gérard Lévêque

Publié le: 03/02/2016